Une farouche liberté

Ce mois-ci, j'ai lu Une farouche liberté de Gisèle Halimi. Si vous ne l'avez pas encore lu, foncez ! Il fait partie des livres qui m'ont le plus marquée ces derniers temps. C'est d'ailleurs pour cela que j'ai décidé de lui consacrer un article qui sera à mi-chemin entre le résumé, mon avis personnel et les enseignements à tirer.

Gisèle Halimi, c'est qui ?

Si son nom est moins connu que ceux de Simone Veil et de Simone de Beauvoir, elle a pourtant autant oeuvré pour la cause des femmes que ces dernières. Féministe et humaniste convaincue, Gisèle Halimi a été de tous les grands combats du 20e siècle : pour le droit à l'avortement et l'égalité entre les sexes, contre la peine de mort et le colonialisme.

 

Cette avocate de renom a notamment plaidé lors de deux procès importants :

  • le procès de Bobigny, où elle défendait une jeune fille de 16 ans qui avait avorté suite à un viol
  • l'affaire Tonglet-Castellano du nom de deux jeunes touristes belges, violemment agressées et violées pour les punir d'être homosexuelles

Son travail acharné a permis de faire évoluer la loi et les mentalités en matière d'avortement et d'agression sexuelle. Elle a également plaidé la cause de nombreux condamnés à mort et levé le voile sur les tortures commises en Algérie. 

 

Vous l'aurez compris, c'est le genre de personne qui mériterait un prix Nobel de la paix ! Pourtant, tout n'avait pas forcément bien commencé pour elle : née en 1927 dans une famille tunisienne conservatrice, son premier combat a été de faire comprendre à ses parents qu'elle méritait les mêmes droits que ses frères. D'ailleurs, l'humoriste Caroline Vigneaux en a fait un excellent sketch 😂

L'indépendance financière des femmes

 

Le livre aborde de nombreux thèmes centraux du féminisme: le droit de décider de son corps, l'égalité au travail et devant la justice, les études et... l'indépendance financière des femmes.

Pourquoi c'est important ?

Vers la fin du livre, quand on lui demande quels conseils elle pourrait donner à la prochaine génération de femmes, il y cette phrase:
« D’abord, soyez indépendantes économiquement. C’est une règle de base. La clé de votre indépendance, le socle de votre libération, le moyen de sortir de la vassalité naturelle où la société a longtemps enfermé les femmes. » 

 

En effet, si vous n'avez pas de revenus à vous, vous êtes totalement dépendante de votre partenaire. Elle raconte l'exemple de sa mère qui devait, tous les soirs, faire le bilan de ses dépenses à son mari. 

 

Et puis, si vous n'avez pas d'argent, difficile de le quitter en cas de désaccord ou de violences, ou si l'amour n'est plus au rendez-vous. Vous pensez que ces problèmes appartiennent au passé ? Faites une recherche sur Google en tapant "quitter son mari sans argent". La situation est malheureusement plus fréquente qu'on ne le croît.

 

Où on est-on ?

En France, on estime que 70% des travailleurs pauvres sont des femmes ! En gros, si vous cherchez un boulot mal payé, cherchez du côté des métiers dits féminins. Le salaire des femmes est encore trop souvent considéré comme un salaire d'appoint, voir de l'argent de poche... 🤬

 

Il n'est pas rare non plus que Monsieur s'occupe de rembourser l'emprunt tandis que Madame s'occupe des dépenses du quotidien. Mais du coup, elle est à qui la maison en cas de rupture ?

 

Enfin, il faut savoir que les violences conjugales commencent souvent par des violences psychologiques et financières : si vous avez l'impression de mendier auprès de votre conjoint pour dépenser votre argent, ce n'est pas une relation saine !

Mieux vaut prévenir que guérir

Ce que je conseille à tout le monde (hommes comme femmes), c'est le système des 3 comptes : un compte commun pour les dépenses communes et sinon, un compte par personne pour le reste du salaire. Et avec votre compte perso, vous faites ce que vous voulez : dépenser, épargner, investir...

 

Comment alimenter le compte commun ? Si vous avez une différence de salaire importante (3000€ contre 1500€ par exemple), vous pouvez envisager un système au prorata : la personne qui gagne plus alimente plus le compte joint.

 

Et si vous décidez d'un commun accord qu'un des deux prenne un temps partiel pour s'occuper des enfants, alors l'autre personne peut lui reverser un complément de salaire ou encore alimenter une épargne de retraite à son nom. N'oubliez pas que temps partiel = retraite partielle 😉

 

Chaque couple envisagera les choses à sa manière, mais faites toujours en sorte de parler d'argent sans tabou dans votre couple. Et soyez indépendante !

Si cet article vous a plu, n'hésitez pas à laisser votre adresse e-mail pour recevoir gratuitement mon mini-livre :

« Les 5 erreurs à éviter quand on veut faire fructifier son argent »

Vous y découvrirez les pièges les plus fréquemment répandus sur le chemin de l'indépendance financière et comment les éviter.  La bise !

* indicates required

Je hais les spams autant que vous ! Votre adresse email ne sera jamais cédée ni revendue. En vous inscrivant ici, vous recevrez des articles, offres commerciales et autres conseils pour vous aider à prendre en main vos finances et à atteindre l'indépendance financière. Voir mentions légales complètes en bas de page. Vous pouvez vous désabonner à tout instant. 


Écrire commentaire

Commentaires: 1
  • #1

    Pascale (samedi, 19 juin 2021 09:04)

    L'indépendance financière des femmes, un combat quotidien quand on enseigne l'éducation financière dans les écoles ! Un message pas toujours facile à faire passer.