· 

Bien choisir son courtier ou broker

Pour pouvoir acheter des actions ou des ETF, vous devez avoir ce qu'on appelle un compte-titres ou un plan d'épargne en actions (le fameux PEA). Ce sont des comptes bancaires qui ne servent qu'à transférer de l'argent et acheter des produits boursiers. Vous pouvez ouvrir un de ces comptes chez un courtier ou "broker" en anglais. Dans cet article nous allons voir :

  • Quelle est la différence entre un compte-titres et un PEA ?
  • Où et comment ouvrir un PEA ?
  • Où et comment ouvrir un compte-titres ?
  • Quels sont les courtiers ou brokers dignes de confiance ?
  • Quel est le meilleur courtier ?

Et à la fin de l'article, il y a un bonus pour les expatriés, bonne lecture !

Compte-titres ou PEA?

Quelle est la différence entre un compte-titres et un PEA?

Quelle est la différence entre un PEA et un CTO?

La principale différence entre ces deux comptes est que le PEA est réglementé par l'État alors que le compte-titres ne l'est pas. Du coup, le PEA présente des avantages supplémentaires mais aussi des restrictions:

  • Commençons par le gros avantage du PEA. Le PEA est exonéré d'impôts après 5 ans mais vous devrez quand même payer les prélèvements sociaux. À l'inverse, sur un compte-titres, vous payez des impôts sur les plus-values.
  • Maintenant, passons aux inconvénients. Les versements sur un PEA sont plafonnés à 150 000€ et vous ne pouvez en avoir qu'un.
  • L'argent investi sur un PEA est "bloqué" pendant 5 ans. En fait, vous pouvez retirer votre argent mais dans ce cas, vous perdez tous les avantages fiscaux. Pour ma part, je trouve que cet inconvénient peut aussi être un avantage. On est moins tenté de tout vendre sur un coup de tête et de toute façon, les minifortunés comme vous et moi savent qu'on investit en bourse à un horizon de 15 ans ! 😉
  • Le dernier inconvénient est qu'il ne permet d'acheter que des actions et ETF européens. On peut contourner cette limitation avec des ETF synthétiques mais pas toujours. Le choix d'actions et d'ETF éligibles au PEA est assez limité.

Pour résumer, vous aurez sans doute besoin des deux comptes pour vous constituer un portefeuille d'ETF vraiment diversifié. Gérez vos ETF européens depuis un PEA pour profiter des avantages fiscaux et le reste depuis un compte-titres ordinaire.

Où et comment ouvrir un PEA ?

Pour avoir le droit d'ouvrir un PEA, vous devez être majeur et ne pas être rattaché au foyer fiscal de vos parents. Si vous avez entre 18 et 25 ans et que vous êtes encore rattaché au foyer fiscal de vos parents, vous pouvez ouvrir un « PEA jeune » mais il sera limité à 20 000€ de versements.

La deuxième condition pour pouvoir ouvrir un PEA est d'être domicilié fiscalement en France. Si vous décidez par la suite de partir vivre à l'étranger, vous pouvez garder votre PEA.

Vous pouvez ouvrir un PEA dans une banque classique (Caisse d'épargne, Crédit lyonnais...) ou dans une banque en ligne (Fortuneo, Boursorama...). Vous devrez alors effectuer un premier versement dont le montant dépend de la banque que vous avez choisi.

Où et comment ouvrir un compte-titres ?

Pour le compte-titres, c'est plus simple car il n'est pas régulé par l'État. Vous pouvez donc en avoir plusieurs si le coeur vous en dit, il n'y a pas de limite de versements, vous pouvez verser ou retirer votre argent comme bon vous semble. Vous pouvez acheter des actions et ETF du monde entier, mais aussi des certificats pour investir dans l'or, l'immobilier. Bref, c'est la liberté totale mais sans les avantages fiscaux.

 

Pour ouvrir un compte-titres, il vous suffit de sélectionner la banque physique ou en ligne de votre choix et... c'est tout ! Il n'y apas même pas d'âge minimum, vous pouvez donc en ouvrir un au nom de vos enfants par exemple.

Il n'y a pas d'âge minimum pour ouvrir un CTO.
Matéo, 1 ans, actionnaire et investisseur !

Courtiers et brokers

Quels sont les courtiers ou brokers dignes de confiance ?

Il y a une administration que vous devez connaître quand vous décidez d'investir, c'est l'AMF: l'Autorité des marchés financiers. Son rôle est de protéger les épargnants des arnaques. Toutes les banques physiques et en ligne sont régulièrement contrôlées par l'AMF donc vous n'avez pas vraiment de souci à vous faire.

 

Maintenant, si vous décidez de prendre un broker dont vous n'avez encore jamais entendu parler, si un courtier vous appelle pour vous vendre un investissement, si vous souhaitez investir dans les cryptomonnaies, le whisky, le vin, les tableaux ou les manuscrits, alors je vous conseille très fortement d'aller faire un tour sur leur site et de vérifier que votre investissement miracle ne se trouve pas sur leur liste noire !

 

Attention aux arnaques quand on investit dans les tableaux.
Je t'assure, le courtier m'a dit que c'était un vrai Picasso ! De sa période "méduse" !

Quel est le meilleur courtier ?

Maintenant que nous savons quels courtiers sont sérieux, comment choisir entre eux ? Voici mon avis sur le sujet :

  • Privilégiez une banque en ligne. Autant j'ai une banque physique traditionnelle pour mon compte courant, mon livret A et mon PEL, autant je préfère passer par une banque en ligne pour le reste. Pourquoi ? Parce que les frais des banques "traditionnelles" sont exorbitants en la matière ! 
  • Vérifiez que votre broker ne vous demande pas de droits de garde ni de frais d’inactivité. Ça serait quand même la meilleure, non ? Payer parce qu'on ne fait rien.
  • Demandez-vous avant quel sera le montant moyen de vos achats en bourse. Si vous avez déjà constitué votre portefeuille sur le papier, alors vous savez sans doute si vous devez investir 500€ par ETF ou plutôt 2000€. Et c'est important pour le choix du broker. Certains sont plutôt pour les petits épargnants, d'autres ont des autres plus avantageuses pour les grosses transactions.
  • Comparez les frais de transaction de plusieurs brokers.
  • Vérifiez aussi que l'interface soit claire et compréhensible. Vous allez devoir acheter vos ETF par internet, alors autant ne pas perdre des heures à comprendre comment ça marche.

Bonus pour les expatrié(e)s : Je sais que le blog est suivi par de nombreux français expatriés en Allemagne. Au niveau du broker, en Allemagne le choix est clair : Trade Republic. Moi qui avais un compte chez OnVista depuis quelques années, je vois clairement la différence au niveau des coûts depuis que je suis passée chez Trade Republic ! Finis les frais de transaction de 5€ et quelques, un achat ne coûte que 1€ ! Et ce, quelque soit le montant investi. Si vous habitez en Allemagne et que vous souhaitez ouvrir un compte chez Trade Republic, vous pouvez utilisez le lien suivant : https://ref.trade.re/ffnnpj2v

Vous recevrez 15€ et moi aussi, ce qui m'aidera à payer les frais du blog sans avoir à passer par la pub 😊

Trade Republic, un broker allemand avec peu de frais de transaction.

J'espère que vous y voyez un peu plus clair en ce qui concerne les courtiers ou brokers. Faites surtout attention aux frais, c'est eux qui mangeront votre plus-value sinon !

 

N'hésitez pas à laisser votre adresse e-mail pour recevoir gratuitement mon mini-livre :

« Les 5 erreurs à éviter quand on veut faire fructifier son argent »

Vous y découvrirez les pièges les plus fréquemment répandus sur le chemin de l'indépendance financière et comment les éviter.  La bise ! 😘

* indicates required

Je hais les spams autant que vous ! Votre adresse email ne sera jamais cédée ni revendue. En vous inscrivant ici, vous recevrez des articles, offres commerciales et autres conseils pour vous aider à prendre en main vos finances et à atteindre l'indépendance financière. Voir mentions légales complètes en bas de page. Vous pouvez vous désabonner à tout instant. 


Images : Photo de Olya Kobruseva provenant de Pexels

Écrire commentaire

Commentaires: 3
  • #1

    Nicolas (lundi, 23 novembre 2020 13:43)

    Merci pour cet article qui confirme bien qu'en matière de produits financiers, mieux vaut se fier aux conseils d'experts ou au bouche à oreilles (de confiance). On trouve vraiment de tout en la matière !

  • #2

    celine (samedi, 28 novembre 2020 12:04)

    Salut Marie :)
    Alors, question bonus: Je fais partie des expats vivants en allemagne, et j'ai un vieux compte titre en France, dans une banque physique bien chère. En allemagne, je ne déclare rien du tout de ce qui se fait en France (la banque est francaise, mais par contre, les fonds acheté sont au luxembourg).
    Si je ramène tout ca en allemagne, il va falloir que je déclare quoi exactement...???
    Oú puis-je trouver des renseignements là dessus (C'est peut être la meilleure question...)
    Merci pour ces inspirations! Pour l'instant je lis et j'observe... en espérant oser me lancer un jour.

  • #3

    Miss Mini-fortune (samedi, 28 novembre 2020 19:06)

    Bonjour Céline,

    Comme je ne suis pas juriste, je te recommande fortement de t'adresser à un comptable ou Steuerberater en allemand. Il y a aussi des associations (Lohnsteuerhilfeverein) qui aident les salariés avec les questions d'impôts.

    En gros, tout dépend de où tu déclares tes revenus, si tu es domiciliée fiscalement en Allemagne, il y a de grandes chances que tu doives déclarer ton compte-titres français et les dividendes reçues en Allemagne. Vérifie tout cela avec ton comptable. Si tu décides d'ouvrir un compte en Allemagne, tu n'es pas obligée de vendre tes actions et de les racheter sur ton nouveau compte, tu peux faire un transfert pour éviter les frais de transaction ;-)

    Voilà, j'espère que ma réponse t'a un peu aidée à y voir plus clair !
    Marie