· 

2 conseils qui m'ont sauvée

Certains conseils que l'on reçoit prennent tout leur sens plus tard, beaucoup plus tard. En matière d'argent, j'ai reçu de nombreux conseils dans ma vie et la plupart étaient de très bons conseils. Mais il y en a deux qui sortent vraiment du lot, deux conseils qui m'ont sauvé la mise.

Mon histoire

Moi en 2015...
Moi en 2015...

Petit flashback: on est en 2015, je suis ingénieure développement. C'est mon premier emploi après mes études, je gagne bien ma vie et je voyage dans différents pays pour assister à des réunions de projets européens avec des boîtes prestigieuses comme IBM.

 

J'ai le boulot de mes rêves, je fais de la science et je suis une business woman qui prend l'avion à 6h du matin pour aller à une conférence à Londres ou à Zurich.

 

Seul petit problème: je suis au bord du burn-out. Tout, tout au bord ! J'ai l'impression que le moindre de pas de côté pourrait m'envoyer au fond du trou. Je passe mes semaines à planifier, calculer et stresser, et mes week-ends à brûler la chandelle par les deux bouts pour "profiter de la vie", pour réduire la pression et au final, pour avoir une raison de me lever le lundi matin.

 

Un samedi matin de mars 2015, je tire la sonnette d'alarme et décide de changer de métier avant d'y laisser ma peau. Je fais le point sur mes compétences et mes passions pour trouver la combinaison parfaite : je serai donc traductrice technique.

L'importance du fond de secours

Une fois la décision prise, je cherche plus d'informations sur ce métier. J'appelle une amie de la famille qui est traductrice à son compte depuis 26 ans. Si quelqu'un peut me renseigner, c'est bien elle. Outre les conseils spécifiques à cette profession, elle me donne un conseil vital pour la suite:

 

"Économise six mois de revenus avant de te lancer !"

 

En effet, elle m'explique qu'entre le moment où je vais me lancer, trouver mes premiers clients, effectuer la traduction et être payée, il peut se passer plusieurs mois. Il faut donc que j'ai de quoi vivre. Et par la suite, je devrai toujours avoir six mois de revenus de côté pour les "traversées du désert".

 

Chaque entrepreneur connait à un moment une traversée du désert.

Ce conseil m'a sauvée la mise à deux reprises. La première était au moment où je me suis lancée bien sûr, même si j'ai eu la chance de pouvoir en vivre dès le premier mois.

 

Et la deuxième était il y a quelques mois, quand le coronavirus s'est répandu dans le monde entier. Je pensais être à l'abri de toutes les crises, vu que mes clients sont dans différents pays et que je peux travailler de chez moi, et pourtant...

 

Quand tout le monde a commencé à paniquer, j'ai réduit mes dépenses professionnelles et personnelles au strict minimum et j'ai attendu. Je savais que j'avais au moins six mois de réserves sur mon compte professionnel avant de devoir taper dans mon épargne personnelle. 

 

Je ne vais pas mentir, la situation était quand même stressante mais je n'ai jamais douté que mon entreprise passerait la crise sans risquer la faillite. Et ça, c'est une vraie libération pour l'esprit.

La règle des 60-40

Nouveau flasback: on est en janvier 2016, j'ai décroché mon premier vrai client pour une traduction. Je lui fais une facture et il me paye. Bingo ! C'est mon premier revenu en tant qu'indépendante.

 

J'appelle mes parents pour leur raconter et mon père me donne le deuxième conseil qui m'a sauvé la mise : la règle des 60-40. En gros ce qu'il me dit à ce moment là c'est :

- C'est bien, tu as reçu ton premier paiement. Maintenant, ne penses pas que tout est à toi, n'oublie pas les impôts et tout.

 

Bien sûr, j'y avais pensé, mais je ne savais pas combien mettre de côté. 10%? 50%? Lorsque je lui demande son avis, il poursuit :

Pour payer les impôts, les charges et les vacances, tu mets 40% de chaque facture payée de côté.

 

Et c'est ce que j'ai fait. À chaque fois qu'un client me payait, je virais 40% de la somme sur un compte d'épargne à part. Loin des yeux, loin du coeur ! Et quand les impôts sont venus me réclamer ce que je leur devais, j'ai pu faire le virement dans la journée. Même pas mal !

 

J'ai raconté plus tard cette discussion à mon comptable qui a trouvé le conseil excellent et m'a confié qu'en Allemagne, la majorité des entreprises ferment au bout de deux ans, date à laquelle les impôts viennent réclamer leur dû. À ce moment là, tous les entrepreneurs qui n'ont pas assez mis de côté mettent la clé sous la porte...

 

Merci papa ! 😘

 Si cet article vous a plu, n'hésitez pas à laisser votre adresse e-mail pour recevoir gratuitement mon mini-livre :

« Les 5 erreurs à éviter quand on veut faire fructifier son argent »

Vous y découvrirez les pièges les plus fréquemment répandus sur le chemin de l'indépendance financière et comment les éviter.  La bise !

* indicates required

Je hais les spams autant que vous ! Votre adresse email ne sera jamais cédée ni revendue. En vous inscrivant ici, vous recevrez des articles, offres commerciales et autres conseils pour vous aider à prendre en main vos finances et à atteindre l'indépendance financière. Voir mentions légales complètes en bas de page. Vous pouvez vous désabonner à tout instant. 


Images : Photo by Frame Harirak on Unsplash

Photo by Katerina Kerdi on Unsplash

Écrire commentaire

Commentaires: 4
  • #1

    Nicolas (lundi, 07 décembre 2020 14:28)

    Merci de nous partager ces précieux conseils. Plus qu'a appliquer !

  • #2

    Virgo (lundi, 07 décembre 2020 14:33)

    Deux excellents conseils en effet. Si l'année 2020 nous a démontré quelque chose, c'est bien qu'on est à l'abri de rien et il vaut toujours mieux se laisser un bon matelas, d'autant plus lorsqu'on est freelance. Bravo pour ton article !

  • #3

    eric (lundi, 07 décembre 2020 22:19)

    Beau petit article qui m'a transporté quelques années en arrière lorsque j'ai pris mon envol comme indépendant ... la règle 40/60 est incontournable comme tu nous le rappelle et puis les 6 mois d'avance je l'ai découvert à la manière dure lorsque j'ai vécu mes premières pertes de clients ... mais en tombant on apprend à se relever � merci pour ton article

  • #4

    Marie (mardi, 08 décembre 2020 20:28)

    Article très pertinent, valable également au quotidien pour gérer ses finances personnelles et celles de la famille ! Il est à mon sens impératif de mettre un pourcentage suffisant de côté chaque mois pour les impondérables et se sécuriser. On dort plus tranquille après ;-)